Road trip Québec – Lundi 14

19082014

Loin de la fête nationale, on s’apprête à quitte Québec pour la suite de notre aventure! Pendant que les dijonnais…dijonnent, j’essaie de trouver une casserole mais sans succès! Nicolas, nous permet de faire une machine pour avoir des fringues propre, du coup on mange sur place et on ne part qu’en début d’après midi.

Prochaine étape : Parc de la chute Montmorency! Fierté nationale, cette chute se vante d’être plus haute que celles du Niagara d’une trentaine de mètres! Malheureusement elle ne produit pas l’effet escompté, sans doute au fait qu’elle n’est pas très large. Mais au fur et à mesure de l’ascension le long de l’escalier (487 marches tout de même!), elle révèle sa hauteur. On traverse le pont qui ne s’effondrera pas sous notre poids (s’est effondré 5 jours après sa construction en 1800 et des poussières).

DSC04105

Les points de vue de la hauteur sont quand même beaucoup plus impressionnants! On y reste quelques temps avant de redescendre et d’aller sur la berge, s’approchant au plus près du bouillonnement au pied de la chute.

Au total on est resté environ 2h dans le parc, avant de continuer notre route vers le bike park du Mont Saint Anne.

Arrivé au camping on hésite à prendre une ou deux nuitée, voulant rester deux jours sur le bike park. Les billets des remontées qu’on peut prendre à l’entrée du parc en même temps que la nuit de camping sont assez chers et un peu bizarre, la femme à l’accueil peut pas trop nous renseigner non plus du coup on décide de les prendre demain directement au pied des pistes.

 

Mardi 15.
On se réveille avec un beau soleil et comme d’habitude on allume un petit feu, mais cette fois ci c’est pas trop pour nous réchauffer mais plutôt pour nous protéger des moustiques qui s’éloignent dès qu’il y a de la fumée.

On se rend au Mont Saint Anne pour découvrir que les remontées sont fermées le mardi et le mercredi, pile poil les deux jours ou nous voulions rester! La chance nous colle à la peau!
Les pistes sont quand même ouvertes car il y a du cross country qui part du bas. On hésite mais finalement on décide de ne pas payer de droit d’accès vu qu’on ne peut prendre que le XC et qu’on va faire de la DH.

Du coup on monte à pied, par un chemin qu’un randonneur nous a indiqué. L’ascension se fait un quelques heures, par un gros soleil qui s’en va dès qu’on arrive en haut pour manger! Les premières gouttes tombent à peine le casse croûte commencé, quand je vous parlais de chance….!
On entame donc la descente par une piste qui est dans le thème du road trip : la coupe du monde! Elle est vachement agréable, assez rapide, des chemins très  large pour vélo, pas mal de fossé à sauter sur le chemin. Une formalité en deux roues, mais certains trop loin pour nous. D’autres passable par contre! On remarque aussi que certains de ces obstacles ou virage relevé, d’ailleurs parfaitement shappé, sont fermés par de la rubalise..?..
On continue donc notre descente quand Babs, ne tenant pas le rythme, cherche une excuse pour s’arrêter et perce sa chambre à air. Rien de mieux que de démonter une roue les mains pleines de boue avec une pluie battante!  On se fout de sa gueule un petit moment puis je vais voir un gars de la station qui bosse à proximité. Il nous explique que la piste est fermée car il y a une manche de la coupe du monde dans quelques semaines sur cette piste et nous demande d’aller rouler ailleurs. Il nous indique une single track un peu plus loin. Cela explique les obstacles fermées par la rubalise et le shappage parfait de la piste!

DSC04147

Ne cherchant pas les embrouilles, on s’y rend, traversant les herbes à puces (non, non pas le pokemon! La vraie herbe!), un pierrier et nous y voici! C’est pas la même affaire car elle est bourrée de cailloux, c’est, à certains passages, difficile de faire quelques mètres car on ne peut pas prendre de vitesse. Mais elle rejoint rapidement le bois ou elle devient plus large, plus roulante et plus rapide avec pas mal de passages sympas dans les racines, cailloux et même des passerelles!

Babs apprécie moins la descente car il casse son tube de selle… Sur la fin je me prends une criss’ de débarqu’, un petit bobo au coude mais rien de méchant! On continue la descente jusqu’en bas ou nous filons aux jets d’eau pour nettoyer les monos, les fringues….nous! Vu la pluie et le mono cassé de Babs on ne remonte pas pour une descente et décidons de continuer vers Tadoussac en s’arrêtant à la Baie St Paul, berceau du cirque du Soleil, dans une auberge de jeunesse qui à vue sur toute la vallée. Malheureusement les nuages nous bouchent la vue mais on dégote un petit chalet 3 places pas trop cher, vu comme on est trempé c’est bien agréable d’avoir du chauffage!

Road trip Québec - Lundi 14
Album : Road trip Québec - Lundi 14
Chute Montmorency
15 images
Voir l'album



Road trip Québec – Samedi 12

16082014

Samedi 12.
On se lève, allume un feu pour se réchauffer, surtout les dijonnais qui subissent les fraîches nuits Québécoises puis on décolle vers le « Camp Mercier » (oui, oui, comme T’toy!). Arrivé la bas, le type nous dit qu’il n’y a pas de sentier pédestre ou VTT! On insiste un peu, surtout que dans le livret de la SEPAQ (grosso modo la société qui gère les parcs nationaux et les réserves) il est indiqué qu’il y en a!

Du coup il finit par nous indiquer quelques sentiers ski de fond sympa et on décolle! Au début on prend peur : le chemin est bourré de végétation assez haute, on voit rien, on chute sans arrêt… mais au bout de quelques centaines de mètres, au détour d’un virage on arrive sur un sentier praticable, caillouteux!

Road trip Québec - Samedi 12 dans Unicon XVII - Canada dsc04004-300x225 dsc04001-300x225 dans Unicon XVII - Canada

On continue donc notre boucle, en faisant un détour sympa près d’un petit lac. On roule encore et toujours jusqu’à tomber sur un orignal au milieu du chemin juste à quelques dizaines de mètres de nous. On s’observe….vu la taille de la bête on a pas envie de se faire charger… Puis on se décide à avancer, à pied, lentement… et l’odeur de transpiration de T’toy finit par faire fuir la monstre dans les bois.
On la voit s’éloignant à travers les branches, pourtant impénétrable.

dsc04011-300x225

Enchantés, on continue notre chemin autour du lac, passant par quelques coins vraiment sympa! On ne s’arrête pas des heures non plus, sans cesse harcelés par les moustiques! Le premier garde qu’on à croisé au Parc Jacques Cartier nous l’avait dit : « Oubliez vos anti-moustiques de Français, citronnelle et tout ça, ça ne marche pas ici! Il vous faut du « DEET »! En effet vu la composition du produit il faut au moins ça pour repousser ces bibittes. Habitués à piquer le cuir des caribous, notre peau doit être un régal pour eux!

dsc04016-300x225 dsc04006-300x225

On finit donc notre petite rando qui retourne à notre point de départ. On s’arrête manger et vu la pauvreté des chemins de rando on décide de retourner sur Québec.

Après quelques heures nous y sommes. On s’arrête dans une auberge de jeunesse qu’on à repéré sur la route et afin d’éviter un 2ème PV de stationnement je reste dans la voiture pendant que les dijonnais vont prendre la chambre. Ce que nous n’avions pas prévu en revanche c’est que se déroulait à ce moment le festival d’été de Québec! Du coup l’auberge est pleine, le mec de l’accueil appelle toutes les autres auberges, les campings…tout est plein… Au moment ou nos compères commencent à pleurer il nous sauve :
« Ben…. venez chez moi si vous voulez? »

Wah! La gentilesse des Québecois est vraiment incroyable! Sans nous connaitre plus de quelques secondes, Nicolas nous invite chez lui. On se donne rendez-vous à la fin de la journée.
On vadrouille donc dans les rues de Québec, bourrées de monde. Deux filles jouent du Rodrigo y Gabriela dans la rue, on mange une poutine du haut des remparts… l’ambiance est vraiment sympa!

dsc04026-300x225 dsc04024-300x225
On se rend ensuite au concert de Marillion qu’on suit de l’extérieur en buvant une bière puis, ne voulant pas abuser auprès de notre hôte on rentre chez lui, à une petite demi heure de marche.

Dimanche 13.
Aujourd’hui on va faire un tour dans Québec! La ville est vraiment plaisante, notamment grâce au festival car quelques rues sont piétonnes et il y a plein d’animations/concert dans la ville. Il fait bon y déambuler. On va voir les principaux centres d’intérêts et à midi on s’arrête dans un bistrot ou le menu Québécois nous fait de l’oeil : soupe de poix, tourtière, tarte au sirop d’érable, café, re-café (ils passent entre les tables avec une cafetière pour te resservir!).

Québec Frontenac L'engin de T'toy
On continue notre virée, vieux port, musée de la civilisation etc… et on rentre manger et prendre une douche, ce qui n’est pas très efficace car vu la chaleur humide qui règne dans la ville, à peine 5mn dehors et on est déjà moite.

On décide d’aller boire un coup en ville, on s’arrête dans un pub ou un mec joue de la guitare et chante… et plutôt bien. On essaie quelques bières Québécoises (beaucoup de micro brasserie dans le pays, pour notre plus grand plaisir!) et un groupe de Québécois/ses vient nous parler. On entame rapidement la conversation, ils nous invitent à leur table, on discute et pour finir, ils nous invitent chez eux, dans un appartement qu’ils ont loués!
Sur place on passe la soirée sur la terrasse on sirotant quelques bières et en mangeant des rôtis de cretons! Malgré la petite incompréhension au début : « On va manger des rôtis à cette heure??? », la recette originale passe plutôt bien!!

On finit la soirée tranquillement en discutant et rigolant des différences entre Québec et la France et on rentre assez tard…




Road trip Québec – Premiers jours

14082014

Salut à tous!

Avant les unicon, j’ai (bourru) pris des congés pour visiter un peu la région de Québec accompagné par Babs et T’toy. Nous sommes donc partis le 10 juillet de Paris pour environ 20 jours de road trip!

Après un blocage général à Orly a cause d’un bagage abandonné, nous avons atterri en fin d’après midi à Montréal, ayant prévu de dormir chez Mymy (encore merci à elle!) et de partir dans notre périple que le lendemain. Nous avions pour cela loué une voiture, petite pour tous loger dedans mais la moins chère! A peine sorti de l’aéroport, nous avons tout de suite été mis dans l’ambiance alors qu’arrêtés à un feu rouge, un cycliste nous a lancé :
« Vous avez du stock dans l’char les boys! »

Ils nous a fallu plusieurs secondes pour comprendre et traduire qu’on avait du bordel dans la voiture!! Nous n’avons pas eu trop de mal à trouver la demeure de notre hôte et après une journée de + de 24h nous nous sommes couchés.

Le lendemain, nous nous sommes rendus dans la rue Ste Catherine, notamment « le village » (quartier gay) afin d’acheter quelques bricoles et notamment le matos de camping. Malheureusement Sport expert n’en vendait pas, on rentre brecouille.

On part pour notre première étape en début d’après midi : le parc naturel de Jacques Cartier. On s’arrête enfin acheter le matos de camping et de quoi bouffer.

Sur la route, on se rend rapidement compte que les panneaux routiers ne sont pas la priorité : les seuls qu’on voit indiquent des numéros de route et/ou la direction (Nord, Sud…). On demande plusieurs fois notre chemin mais au final nous arrivons quand même à bon port, peu avant la nuit. On prend un emplacement sans rien (pas de sanitaires, WC ou douches).

Vendredi 11.
Après une fraîche nuit, surtout pour ceux n’ayant pas pris de sac de couchage  nous allons prendre le petit déj’ dans le bâtiment principal, profitant du soleil et de la vue sur la rivière.

Vue petit déj'

Vue petit déj’

On pars ensuite pour notre première rando, empruntant un sentier en sous bois roulant et rapide. Nous bifurquons ensuite vers une montée et croisons des gardes entrain de refaire le sentier, du coup c’est assez boueux. La descente est plus sympa avec des parties plus techniques et plus accidentées. On longe ensuite la rivière, on s’y arrête quelques minutes puis on repars pour la pause casse croûte.

Rando 1Rivière

L’après midi on emprunte un chemin qui longe la rivière Jacques Cartier, le chemin est assez roulant, voire monotone si ce n’est qu’au sommet d’une montée on tombe sur un porc épic qui se sauve en se dandinant dans la forêt! On repère aussi quelques curiosités locales : un arbre à moitié rongé par des castors, des guêpes/abeilles qui font visiblement leurs ruches dans….le sol?! Par endroit le sol est criblé de ces petits trous et en observant un peu on voit pas mal d’abeilles y rentrer/sortir, certaines entrain de creuser…

Abeilles Trous d'abeillesArbre castor

Après ces deux sympathiques rando, on décide de prendre la route pour passer la nuit dans la réserve faunique des Laurentides, ce qui nous permettra de faire quelques courses, notamment une casserole, hors de prix chez Canadian Tire comme le matériel de camping en général, le concept de « quechua pas cher » n’existant pas ici. On s’arrête dans la ville la plus proche : pas de casserole au supermarché, ni au dépanneur, ni à la quincaillerie! Tant pis ce soir on mangera encore des sandwichs!
On emprunte ensuite la route 175 qui traverse toute la réserve pour rejoindre Saguenay. Sur notre carte, il n’y a qu’un seul village sur la route, on roule, on roule, on roule et on s’arrête au camping. Et la…ils nous disent qu’il n’y a pas de sentier de randonnée dans ce coin, uniquement de la pêche!! Vu l’heure on passe quand même la nuit ici, et on se rendra au bon endroit demain matin!

Les emplacements de camping sont super classes : Taillés dans la forêt, on est entourés d’arbres, ils sont spacieux (en même temps vu la taille des caravanes qu’ils ont ici , ils vaut mieux!!) et il y a un barbecue dans chaque emplacement! Par contre, on a plus tendance à rester chez soi au lieu d’aller discuter avec le voisin…
Bref, on se fait à bouffer, on prend (enfin!) une douche et au dodo!

Camping







Info algerie foot |
footroom |
hadygo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LAMBESC RAID AVENTURES
| Muay Thai Spirit
| AS.KARATE-DO Noyers-sur-Cher