Week-end Muni en mode LRF – partie 2

26052014

Samedi matin, un beau soleil nous réveille et nous mets de bonne humeur pour la journée ! On se rend en fin de matinée direction le Kamberg, aujourd’hui ca va saigner !! En effet, il est prévu qu’on se fasse la descente tracée par des bi-valves dont certains roulants en coupe du monde ! Autant vous dire que ca envoie du pâté !!

Le matin, pour se chauffer un peu, on décide de faire une boucle. On monte d’abord par la route afin d’atteindre le chemin que l’on désire emprunter puis on s’élance sur un chemin de terre carrossable qu’on quitte ensuite pour un plus étroit, marquant le début de la partie intéressante.

DSCF7466 Bourru

Photos non contractuelles

La rando est super agréable, il ne fait ni trop chaud ni trop froid malgré le soleil, le chemin est agréable, roulant. On continue ainsi jusqu’à retomber sur un chemin carrossable que Flup-flup nous fait quitter pour une partie plus technique alternant montée et descente dans les racines jusqu’au parking ou les voitures sont garées. Une bien bonne mise en jambe d’environ 8km !
C’est alors l’heure tant attendue par T’toy : on maaange !
Il fait tellement beau qu’on fait tomber les t-shirt pour les faire sécher au soleil !

Petit AntoineGaétan DSCF7480 DSCF7476

Après une bonne dose de sagesse (oui les LRF n’ont pas de ventre, c’est de la sagesse !), il est temps de monter en haut de la piste de DH. On choisi de prendre par la piste de façon à ce que ceux qui ne connaissent pas puissent voir les difficultés avant d’arriver dessus !

Arrivé en haut, les fesses commencent à claquer ! On s’élance par une single dont certains passages bourrés de racines glissantes sont assez chaud avant d’arriver sur une passerelle en bois, toujours sympa à prendre !

On finit cette première partie, s’arrête un instant pour montrer un point de vue et repartons pour la partie sérieuse.

Groupe

Le chemin commence tout de suite très pentu dans les racines. A peine sorti de la qu’on retombe dans un passage bourrés de cailloux assez gros, limite trialisant, grosse marche suivi d’une descente à faire brûler les couisses pourtant grosses de notre Flup ! Le début est hard mais T’toy évite pourtant la grosse fourmilière qu’il avait juré de rencontrer la tête la première! 
Le début est très dur car on continue ensuite sur un gap que personne ne tente : l’envoi et la réception sont dans une grosse descente clairsemée de cailloux. Ça continue de descendre très fort, mais plus praticable pour nous, avant de rejoindre le chemin carrossable qui coupe la piste en deux.

On s’arrête deux minutes avant l’attaque de la 2ème partie du parcours, plus plaisante pour nous, monocyclistes ! Mis à part le gap de 2m en haut de la piste le reste est rapide, avec des passages techniques super, quelques gap bien construits, bref de la très bonne DH !
Sur la fin on arrive à un petit gap qui lance loin grâce à la vitesse. Tout le monde y va de son saut et on y passe pas mal de temps.
Mich’ doit alors s’enfuir lâchement et nous abandonne, mais cela nous donne l’excuse de retourner en bas pour prendre de l’eau.

Mich twist Ttoy Petit Antoine jump

On remonte ensuite par le même chemin pour prendre le deuxième tracé, la descente « junior » ! Elle commence par un petit passage rocailleux assez sympa avec de continuer par un chemin rapide, coupé par les bûcherons qui ont laissé des troncs et tas de branches assez énormes ! On libère le chemin avant de continuer à descendre, les premières gouttes d’eau nous poussant à nous dépêcher ! Quelques passages super sympa à prendre, techniques et pentus, avant de retourner aux voitures !

Après de rapides étirements on retourne chez moi, et pour l’apéro, nous faisons découvrir le pâté lorrain aux « étrangers » avant de s’empiffrer de 8 pizzas !
Il est hors de question de laisser des bières et Alain râle car nous avons à peine touché à son rhum. Prisca (le nom du rhum) s’avouera vaincu vers les 4h avant que nous partions nous coucher avant une courte nuit pour un lendemain s’annonçant riche en rebondissements !

 

Réveil difficile pour tout le monde, le temps typiquement vosgien ne nous motive pas non plus : pluie, froid, vent…
Ce matin, et suite à nos nombreuses provocations, Flup à décidé de tenter le gros gap du bunker dont je parlais précédemment, en vélo !! Mis à part Alain, on se change tous pour se faire la descente.
Arrivé en haut, petite pause historique menée par notre Druide qui nous instruit sur le Château de Faîte qui culminait au sommet du col. Le vent glacial nous pousse à nous dépêcher et nous descendons la piste rapidement jusqu’au bunker. Après quelques réglages, et une courte prise d’élan, il s’élance et passe plutôt bien le saut mais perd le contrôle dans la réception et finit sa course dans le talus : sa cuisse ne s’en remettra pas. Vu la plaie ça calme tout le monde et on se dépêche de rentrer pour aller désinfecter les plaies.

Un gros plat de pâtes histoire de regonfler les organismes et c’est le moment de se séparer ! Chacun repart vers sa contrée et le rendez-vous est pris pour l’année prochaine !




Week-end Muni en mode LRF – partie 1

23052014

Salut à tous,

Lors du long week-end du 8mai, nous avons organisé une « rencontre » Muni. De façon à pas se prendre la tête et à voir comment ça se déroule nous n’avions invité que des copaing’ !
Quelques personnes, crevant de trouille, n’ont pas pu venir, Pablo en tête, ce traître infâme qui mériterait d’être privé de zizicoincoin à vie ! Nous regrettions l’absence de notre manager, occupé à fabriquer des carénages de F3 en carbone…

DSCF7434

La première journée, le jeudi 8, les roues flaquettes, composés de Gaétan,  Flup-Flup, Michel et Bourru sont rejoint par le « petit » Antoine ainsi qu’Alain, un alsacien. Nous avons donc été pas très loin de chez moi pour faciliter les transports de chacun.

En haut du col de Ste Marie, nous avons commencé par un petit chemin pas très difficile mais parfait pour se chauffer : une première partie rapide et sans embûche suivi d’une deuxième plus pentue, truffée de cailloux et parsemée de racine, nous aiguise progressivement les sens ! Agréable à descendre à toute vitesse, on ne met pas longtemps à descendre.

Mich’ est malade, blanc comme un c**, il s’arrête et se couche pendant la descente. On hésite à l’enterrer sous des branches de sapin mais comme il est gentil on se retient !

On traverse ensuite la route pour monter au sommet du deuxième chemin, historiquement, ce spot est le premier lieu de roulage muni des LRF !

Le chemin serpentant le long du col de Ste Marie est semé d’embûche, un dénivelé intéressant, quelques falaises effrayantes et surtout ! Surtout ! Un bunker (rappelez vous vos cours d’histoire, bunker, casques à pointes toussa…) de FOLIE !!

DSCF7449

DSCF7446

 D’un côté le saut est progressif et passe d’une hauteur de 10cm à environ 1m40, parfait pour débuter et s’entraîner à sauter de plus en plus haut. Chacun y va de son petit saut, même Alain, rouleur dans l’âme ! De l’autre côté le bunker fait environ 1m70 avec une réception éloignée, « en vélo ça passe » nous confie Alex !

On reste quelque temps sur ce saut pour bien en profiter puis on finit la descente : rapide, quelques sauts c’est agréable à rouler !

 

 

 

 

 

DSCF7450

Arrivé en bas nous ne résistons pas à remonter pour une deuxième descente, mais cette fois en mode rapide : pas ou presque pas d’arrêt. On dévale alors à toute vitesse, réduisant notre montée d’une demi heure en 5/10mn de mono!

DSCF7455

En bas nous proposons un 3ème chemin aux autres : une single rapide sans trop de difficultés. A l’unanimité ce sera ça pour finir « en douceur »! Par simplicité on prend les voitures pour les déposer en bas du chemin qu’on remonte pour s’élancer en « tchoutchou ». Comme je l’ai dit, ce dernier chemin ne présente pas de difficultés mais il est super agréable de rouler à fond sur un petit sentier et de slalomer entre les arbres !!

Arrivé rapidement en bas, on redescend  tous chez moi pour l’apéro, et on passe la soirée tranquillou ! Michel nous abandonne car il bosse le lendemain mais il est remplacé par T’toy, qui, quand il dit oui, ne revient pas sur sa parole, et arrive pile au moment ou le kilo de pâtes est prêt ! Les bières descendent presque aussi vite que Gaétan sur sa 26″…

Le lendemain, je me lève un peu plus tôt pour aller chercher des croissants et du pain frais pour ma bande d’enfants.

Le programme s’annonce moins violent aujourd’hui ou c’est plus en mode « rando » que DH. Nous partons sans surprise à la bourre et après quelques courses, on arrive à notre lieu de départ. On s’est rendus dans un premier temps dans un camp celtique ou après une petite demi heure de roulage/marchage nous arrivons pour pique niquer. Nous avions quand même emporté une bouteille de 75cl de bière histoire de prendre un petit apéro ! La grande partie de cette bière, la « Chnoye des hautes Vosges », finira sur la veste de Gaétan…
Après que T’toy ait englouti la moitié des ressources alimentaires de la Somalie nous sommes repartis vers les voitures en empruntant un sentier pas très dur mais assez joueur avec quelques passages techniques, quelques sauts… c’est assez plaisant à rouler !

DSCF7460 DSCF7461DSCF7481

Arrivé en bas, pas le temps d’enlever les protecs qu’on reprend les voitures pour aller au prochain endroit : Dijon ! T’toy n’en revient pas pourtant nous sommes bien partis rouler à Dijon !
Cette première partie faisait environ 5km de long pour un dénivelé d’environ 300m.

On commence la rando paaaaar…..de la montée ! S’en suit un chemin de terre très roulant qui nous mène à une fontaine puis à la cascade des Molières, apogée de notre rando ! Toute cette partie est assez roulante, ça se passe bien…
On reste quelque temps à cette cascade, ayant repéré un saut au dessus d’un ruisseau chaque se motive pour le tenter ! La réception, dans le sable, est faite pour se planter mais cela n’empêche pas que tout le monde tente sa chance !

DSCF7508DSCF7516 DSCF7513 DSCF7512 DSCF7505

Après avoir fait suffisamment joujou, on remonte encore pour continuer la rando. On retourne ensuite aux voitures par un autre sentier assez étroit, c’est sympa à rouler. La fin de la rando est également super roulante, ça se fait bien surtout pour les grandes roues! Grosso modo cela nous fait une douzaine de kilomètres pour 600m de dénivelé.

On retourne ensuite chez moi ou, le moment des 1,5 kilos de pâtes venu (oui, soit disant qu’un kilo n’était pas assez…), c’est au tour de Jirka, un monobo, de nous rejoindre ! Il ne vient pas les mains vides et ramène avec lui une caisse de bières Tchèques !!
Malgré leurs tailles, 50cl, elles descendent elles aussi à une vitesse inquiétante!




Dijon sur la roue 2

20052014

Le dimanche, c’est en grelottant que nous nous sommes levés. Quelle idée d’oublier son sac de couchage pour aller faire du camping ?!

Après un rapide petit déj’ nous avons été finir notre nuit dans le gymnase devant le basket. Pas mal de grosses équipes étaient absentes. C’est compréhensible étant donné que ce tournoi n’est pas intégré à la ligue, et cela à l’avantage d’avoir plus de petites équipes qui s’affrontent, de retourner à une ambiance plus éloignée de la compétition.
Etant donné que notre manager Lyonnais nous a lâché, nous ne nous sommes pas inscrit au tournoi!

Nous passerons sous silence les honteuses trahisons de Gingo et Babs, préférant la lumière des projecteurs. Nos railleries systématiques auront fait leurs œuvres sur place !

Malgré notre activité sieste de la journée,  cela ne nous a pas empêché de faire un apéro douche! Cependant, il n’avait pas la même saveur sans l’attaque des indiens ou le « ventre-y-glisse » des CTB…!!

Le soir, dans le même gymnase se déroulait le flat. L’ami Benouze étant blessé, nous n’avons pas assuré les commentaires après 2 ans de bons et loyaux services ! Heureusement que Damien Dyonne, surement fatigué, à préféré prendre place derrière le micro plutôt que sur la moquette !
L’épreuve était chouette, un peu classique même si le podium final change des habitudes ! En revanche il y a peut être des paliers à instaurer dans un règlement pour ne pas que le niveau « espoir » soit rempli de mecs passant des combos de rolls délirants et des spins/flips de folie !

Arrivé dans la tente, nous nous sommes attelé à finir le rhum pour se chauffer pour la fraîche nuit qui s’annonce!

Le lendemain matin avait lieu le Muni !
Trois catégories au rendez-vous : espoir, expert et élite. Sans chercher à comprendre, nous nous sommes placés Gaétan et moi en élite.

Le parcours commençait par une boucle ennuyeuse sur le plateau, dont le but était de fatiguer les gens. En ayant vu ca, il était clair que cette épreuve allait être remportée par des rouleurs ! Sur la fin de la boucle il y avait notamment un gap assez impressionnant car au milieu d’une descente assez raide, avec deux trois cailloux à la réception bien placé pour faire ch** !! Super plaisant à prendre, je l’ai passé « first try » comme disent les mecs cools !
La suite du parcours est un tracé de VTT : La descente du plateau était une descente courte mais super pentue dans les cailloux, on arrivait ensuite dans une petite série de virage et de bosse.

Et la c’est le drame messieurs dames ! Je vois Alain (un Alsacien, oui je sais que les étrangers ne devraient pas être admis mais ce n’est pas moi qui fixe les règles !!!) qui revient en sens inverse et qui me dit qu’il est perdu, on continue donc ensemble en cherchant le chemin… Nous sommes rejoints quelques minutes plus tard par Noé (un parisien des RTB), perdu lui aussi…
Après avoir tourné quelques minutes, on remonte jusqu’en bas du plateau ou deux baliseuses ne peuvent nous indiquer le chemin… et c’est la que j’aperçois la rubalise attachée à l’herbe, balisant une trace qui coupe dans le champ assez discrète !
« Quel c**, t’aurais pu faire gaffe !! » et je repars avec 5/10mn dans la vue !

La suite est vachement agréable, il y a plusieurs passages techniques dans des cailloux glissants, quelques gaps vachement sympa à prendre. Sur la fin, le tracé coupe dans les bois, un dernier gap sympa pour la route, puis on retombe sur la route, presque à l’arrivée.
Je me dirige donc vers la tente des juges prendre mon verre de ricard d’eau et mon gâteau et attendant la fin de l’épreuve.

Après en avoir discuté, il apparaît que plusieurs personnes se sont perdus, dans différentes catégories, un balisage à revoir sur certains points…Ou alors barrer les routes avec des branches comme cela à été fait à certaines intersections…

En ce qui concerne le tracé, moi qui ne vit que pour la descente j’ai trouvé la boucle inutile et chiante, mais le reste plutôt génial !
M’étant perdu je n’ai même pas chercher les résultats de l’épreuve mais comme ils sont toujours dans l’ordinateur de Babs pendant que j’écris ces lignes ce n’est pas grave!!

De retour à Neuilly, nous sommes allé remercier les organisateurs autour du pot d’adieu. Les derniers podiums se sont fait dans le même temps mais pressé par un horaire de train j’ai filé à la douche puis au train, faisant des bisous à la va-vite.

 

En conclusion : Comme d’habitude une bien bonne convention ou il est toujours agréable d’y passer son week-end de pâques. La température peu clémente est compensée par l’accueil et l’ambiance des monocyclistes qui viennent chaque année.

En revanche, on remarque que les épreuves sont de plus en plus light chaque année : la première édition comprenait même la possibilité de se restaurer, il y déjà eu des joutes et les épreuves d’athlé (saut en hauteur/longueur) ont été supprimées.

>>Les organisateurs de conventions ont besoin de vous !

DSLR-Muni
Album : DSLR-Muni
Muni élite!
36 images
Voir l'album






Info algerie foot |
footroom |
hadygo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LAMBESC RAID AVENTURES
| Muay Thai Spirit
| AS.KARATE-DO Noyers-sur-Cher