• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

Traversée du Mont Lozère en monocycle

27102012

Bonjour les enfants!

Aujourd’hui, je vais vous raconter la « Traversée du Mont Lozère en mono » ou « comment Bourru le descendeur s’est mis au cross country »!
L’idée à germée dans mon esprit après qu’un collègue de travail, Cyril, m’ai expliqué cette rando qu’il avait déjà faite à pied. J’ai craqué le week-end du 13-14 octobre, Cyril et Laurent (un autre collègue) ont décidé de m’accompagner en VTT.

Nous avions prévu de faire la traversée sur deux jours, de partir en train de Génolhac jusque Bagnols Chadenet, de nous rendre jusqu’a Bagnols les Bains qui est notre point de départ et de commencer la traversée le samedi matin pour arriver à Génolhac le dimanche en fin d’après midi, en version « deluxe » : Dodo et repas en gîtes/hôtels.

Vendredi 12 octobre.

Nous sommes donc  partis dans l’après midi de la gare de Génolhac jusqu’à Bagnols Chadenet, de l’autre côté du Mont Lozère. Y’a pas vraiment foule dans ce train qui traverse la Lozère! On arrive finalement à la gare dont la sortie « officielle » est un chemin de terre!^^

On prends donc les vélos pour descendre au village de Chadenet, petite pause à la fontaine du village, on fait un tour pour admirer ces vieilles bâtisses en pierre avec les toits en lauze de pierre de schiste. On reprends la route jusque Bagnols les Bains et vu qu’il est encore bonne heure, on décide de se balader un peu dans le village : on emprunte d’abord un petit chemin qui longe le tarn, un petit arrêt au bord de l’eau puis on remonte un peu jusqu’au vallon du villaret (http://www.levillaret.fr/), on tourne un peu dans les petits chemins serpentant dans les bois avant de redescendre jusqu’à notre hôtel : Les chemins Francis. (http://www.hotel-cheminsfrancis.com/)

Au final, on aura quand rouler une dizaine de kilomètres avant d’aller prendre une petite bière bien méritée au bar de l’hôtel! Une douche rapide avant daller manger, le meilleur moment de la journée! Salade, magret de canard, jambon fumé puis alligot préparé sous nos yeux, rab’ d’alligot, plateau de fromage et glace au nougat avec fruits confits! Autant dire qu’on va se coucher le ventre plein!

Traversée du Mont Lozère en monocycle dans Autre p10202041-300x225

p10202081-150x112 dans Autreimg_13501-112x150p10202091-150x112

 

Samedi 13 octobre.

Ça y est : le grand départ! On se lève vers 8h, petite douche puis petit déj’ : buffet à volonté. L’hôtel nous a préparé le casse croûte du midi, on va chercher les vélos dans le garage avant de démarrer, vers 9h.
On entame la montée par une petite route, histoire de se chauffer. Laurent déraille, puis casse sa chaîne….la malédiction des cèpes qu’on a laissé au bord de la route quelques minutes plus tôt!

p10202161-150x112p10202131-150x112p10202141-150x112
On répare rapidement avant de repartir, jusqu’à arriver à un croisement ou l’en enchaîne sur une chemin de terre. Quelques passages caillouteux me force à mettre en danseuse et je pose le pied à terre de temps en temps. La suite de ce chemin est assez similaire : ça alterne entre des passages roulants, d’autre caillouteux et certains assez techniques ou je pose le pied à terre. C’est assez dur au niveau des jambes.
On s’arrête ensuite histoire de manger un bout et d’aller aux champignons! On repars bredouille sur la dernière partie de montée avant notre pause déjeuner à la croix de Maître Vidal.
J’en profite pour faire sécher mon t-shirt, trempé par la transpiration!
On se pause au soleil en mangeant les casses croûtes et on se permet même de s’allonger dans l’herbe pour une mini sieste : le pied!

img_13681-150x112img_13691-112x150p10202191-150x112p10202211-150x112p10202201-150x112img_13701-112x150

 

On repars ensuite  pour….de la montée! Quelques passages bien techniques, des longs passages montant : j’en chie! D’un point de vue « cardio » ça va, mais au niveau des jambes c’est vraiment dur, j’ai souvent des sortes de picotements/fourmis dans les jambes…
Heureusement le paysage superbe nous font oublier les jambes douloureuses. La fin est plus roulante, on s’arrête près d’un petit ruisseau histoire de remplir les gourdes/camel bag et on repars. On bifurque ensuite pour monter jusqu’au sommet du Finiel. La montée impossible se fait pour moi et Laurent à pied mais Cyril se lance en vélo. On finit quand même tous à pied sur la dernière partie avant d’arriver au sommet. On longe ensuite le chemin tracé par les croix de Malte jusqu’a atteindre le sommet, culminant à 1699m!

p10202221-150x112img_13771-150x112img_13751-112x150

La vue à 360° est super, on voit super loin, mais le vent puissant nous pousse à ne pas nous éterniser trop longtemps. On entame alors la descente vers le chalet du Mont Lozère qui est notre point d’arrivée de la journée.
La première partie est très sympa : un petit sentier genre « single track » assez roulant avec quelques passages caillouteux qui enchaîne ensuite sur une  ancienne piste de ski, herbeuse, avant d’arriver au chalet du Mont Lozère!

 

p10202321-150x112p10202251-150x112p10202311-112x150

Arrivé vers 16h, on prends le temps de s’étirer quelques minutes histoire d’être sur de garder les jambes pour le lendemain! Il fait encore assez beau pour aller se prendre une petite bière en terrasse! Vu l’heure on décide d’aller faire un tour dans les bois et on rentre quelques temps après avec deux cèpes qu’on donne au chalet.
Un petit apéro avant d’aller prendre une douche. Vautré sur les lits de la chambre en regardant la fin du match de Clermont, on arrive à se motiver à descendre avant de s’endormir!
La bonne surprise lors du repas : ils nous ont cuisiné nos cèpes! :)

On ne tarde pas trop avant d’aller se coucher : la journée d’aujourd’hui à cassée tout le monde.

Dimanche 14 octobre.

Réveil vers 8h, petit déj’ puis on décole un peu avant 9h. On commence joyeusement par de la montée! On emprunte une route qui nous casse Laurent et moi : on finit à pied. Petite pause avant de reprendre et d’arriver en haut de cette montée de laquelle on voit la suite de la route qui est a peu près plate : je repasse en 125.
On monte encore un chouilla avant de repasser sur un chemin de terre assez roulant. On roule jusqu’à arriver devant un panorama superbe. On mange un morceau  avant de repartir. Je repasse en 150 histoire d’être plus à l’aise dans les parties techniques et de moins forcer.

p10202341-150x112img_1383-150x112img_1384-150x112img_1380-150x112

On continue encore un peu sur ce chemin avant d’entamer un petit sentier de descente ou je suis étonné de la maniabilité du 29″ : j’arrive aisément à éviter/slalomer entre les cailloux, à franchir des passages que je ne pensais pas réussir et j’arrive à mettre la route ou je veux dans les passages techniques. On continue ensuite dans un chemin plus tout à fait balisé entre les genêts, des fois tellement touffus qu’on ne voit plus le chemin. Beaucoup de passages sont impossibles car des rochers sont au milieu du passage.
On continue ensuite jusqu’à rejoindre un DFCI roulant qui rejoint le Mas de la Barque. (On rejoint en fait une partie d’une rando que j’avais déjà postée ici : http://forum.monocycle.info/viewtopic.php?f=8&t=10457  )

Ça continue à monter, je dois vraiment m’accrocher dans certaines montées ou je suis debout sur les pédales entrain de slalomer entre les cailloux….
On arrive ensuite au Mas de la Barque, un peu avant midi et, vu le temps gris, on décide de pousser un peu plus loin et de manger dans la descente.

p1020235-150x112p1020237-150x112

Finalement la descente commence par de la montée pendant quelques kilomètres avant de continuer au milieu des champs! On arrive près du village des bouzèdes (au moins 3 maisons!) et on s’arrête un peu plus loin pour casser la croûte devant une vue magnifique. Il y a un peu de vent, le temps est gris…je change de t-shirt car j’ai un peu froid au dos.

p1020238-150x112
On commence à peine à manger que les premières gouttes commencent à tomber…. mais sans plus. La pluie attendra gentillement qu’on ai finit de manger avant de tomber!
La suite de la descente est par contre pas très roulante : c’est une chemin constitué de cailloux « fixes » (pris dans le sol quoi) assez gros et avec des trous entre eux : ça fait comme si on devait rouler sur des boules et de creux de 10/20cm…
La roue se plante régulièrement dans les trous, surtout après deux jours de rando dans les jambes. Assez haut sur le 29″, ca ne donne pas trop confiance donc je continue le pied à terre. Laurent fait de même et sur la fin du chemin nous sommes tous les trois à pied.
Lorsque le chemin croise la route, on décide de finir par celle ci, on termine les quelques kilomètres qui nous sépare de Génolhac et surprise : nous qui pensions arriver vers 16h on arrive au centre du village vers 14h30!

Au final c’était 2 jours de rando assez éprouvant, notamment au niveau des jambes mais que je suis content d’avoir fait. Merci à Cyril et Laurent de m’avoir accompagné en VTT, et pour l’itinéraire, préparé aux petits oignons par Cyril! Merci également à Gérard (Lasc’arts) pour le prêt de sa 29″.

En quelques chiffres, sur les trois jours :

  • 70km
  • 1400m de dénivelé positif
  • 1800m de dénivelé négatif
  • Et des souvenirs plein la tête…!



Road Trip en Italie – Jour 3

22102012

Vendredi 03 août.

Aujourd’hui nous avions prévus d’aller au Monte Tamaro. Même principe que hier : on prend les billets pour le téléphérique qui nous emmène en haut, on mange et on redescend.
Nous n’avons pas trop de mal à trouver, pour une fois!^^

On mange donc au sommet, qui culmine quand même à 1580m, avec une vue magnifique avant d’entamer la descente. Etant des pro dans l’organisation, nous avions un plan des « pistes » qui redescendent en bas! Ce que nous n’avions pas prévu, c’est que la piste rouge soit en fait un chemin roulant carrossable en voiture et donc pas très intéressant techniquement. On continue donc ce chemin jusqu’à arriver au croisement avec le tracé de DH, nous n’hésitons pas longtemps et empruntons donc ce nouvel itinéraire.

Et la mes amis! La je me retrouve dans mon élément! Un bon gros chemin de DH comme je les aime! Des partis bien bourrées de cailloux, pas mal de jolis « S » à enchaîner au taquet, des parties avec des gap, des endroits suicidaires des parties un peu plus roulantes…. bref : LE GROS KIF!

Comparé à hier je suis plus dans mon élément, on bourrine tous. Après un gap loupé dans des rochers ou mon monocycle rebondit gracieusement dans les rochers on entends ce doux son mélodieux : PSCHHHHHHHHHHH !!!!
Et merde….

Dans la même lignée que les péripéties de Gaétan et ses tranches de jambon versus sa chambre à air, lorsque j’ai crevé dans la descente et que j’ai ouvert mon sac, j’ai eu la bonne surprise de voir que mon tube de crème solaire avait un peu éclaté et que j’en ai désormais dans tout mon sac de rando!!! J’ai essuyé un peu comme je pouvais avec des feuilles avant de réparer et de repartir sous les moqueries justifiées de mes camarades…. Gaétan pète son frein un peu plus loin, je me fais mal à la cheville en tapant un rocher, Gaétan s’ouvre un orteil et je prends du jeu dans une de mes manivelles… bref les hommes et le matériel sont mis à rude épreuve! On continue néanmoins la descente  et arrivons tous les trois entier à la station.
Moment sensuel lorsque nous enlevons nos t-shirt trempé par la transpiration qui se mêle à la terre….mmmmh!!
Gaétan file au magasin de vélo situé en bas, fais le plein de chambre à air et s’achète une nouvelle paire de gants.

Au final, et à l’inverse de la veille ou Gaétan et Damien avaient bien appréciés le chemin, ce coup ci c’est moi qui ai vraiment bien aimé!
Sur ces deux jours on a pu voir et discuter ensemble de nos trois styles de « roulage » bien différents :
Damien : En KH 29″, manivelle 150 qui est tout en finesse, esquive les cailloux, les racines, il contourne les obstacles. Malgré le fait qu’il puisse passer des parties techniques bourrées de cailloux, ou faire des gap (oui oui!)  il préfère, et c’est logique, les parties plus roulantes en sous bois avec des virages, quelques obstacles etc…
Antoine : En KH/Impact 24″, manivelle 150, sans frein : le descendeur dans l’âme qui considère comme une insulte personnelle de s’arrêter faire des petits sauts lors d’une descente! « On est pas en trial bordel »! Je vais tout droit et ne m’embête pas à éviter les cailloux : ma « grosse betty » de 2.5″ le fait pour moi. Je ne recule devant presque rien et suis à la lettre le proverbe des LRF prônant le bourrinage comme un geste technique permettant de passer toutes les difficultés.
Et enfin Gaétan : En KH 26″ mode « ultra light » (Axe Mad4One, jante simple parois avec des trous aussi large qu’une manche de magicien etc…), manivelle 150 qui est le juste milieu entre Damien et moi. Son monocycle polyvalent lui permet de la jouer en finesse quand il le veut, d’esquiver les obstacles etc… mais aussi d’avoir un style un peu plus bourrin et d’aller tout droit. Le seul bémol est sa roue  un peu trop souple qui le retiens un peu sur certains gaps et autres passages trop suicidaires (le faible, faut pas toujours accuser le matos!) . (Le deuxième bémol est ses crevaisons à répétitions…hé hé)

Fin de journée classique : on retourne voir nos amis les beaufs’ au camping, on se baigne dans l’eau qui est décidément trop bonne après en avoir chié toute la journée! Damien s’amuse un peu en faisant des foot plan sur un arbre avant d’enchaîner sur un atelier mono pour redresser sa jante qui à mangé un peu lors des deux précédentes journées, Gaétan retape son frein, je regarde à mes manivelles puis douche, apéritivo, gros plat de pâtes et on décide d’aller faire un tour au tournoi de beach volley qui est à coté. On mate les filles en bikinis les magnifiques actions de jeu quelques temps puis on s’en retourne à nos tentes.

Vu l’état de tout le monde, on décide de faire une journée « repos » le lendemain en allant passer la journée à Milan. Nous ne le savions pas encore, mais ce fut notre dernière journée en Italie. Un imprévu familial nous a obligé à rentrer en France dès le lendemain matin. Donc fin du road trip, Gaétan voulais faire une vidéo, mais pour le coup on manque un peu de contenu, alors ça attendra une prochaine vidéo.

Fait technique du jour road trip: Nous avons fait une grande découverte pour le monde du monocycle, un peu comme quand l’humanité c’est rendu compte que l’on pouvait manger les bananes sans la peau. En effet, ces journées nous on permis de nous rendre compte que les chambres à air de 26″, conviennent pour un 26″ bien sur, mais aussi pour un 29″ et un 24″ . Merci Damien pour le dépannage.

 

Road Trip - Jour 3
Album : Road Trip - Jour 3
Ascension et descente du Monte Tamaro.
12 images
Voir l'album

 

@ bientôt sur le mono




Road trip en Italie – Jour 2

21102012

Jeudi 02 août

Après une bonne nuit de sommeil, car les feux d’artifice ne nous ont pas empêchés de dormir bien longtemps, on se réveil au taquet vers 7h30!!
La rando du jour que nous avions prévu est l’ascension du Monte Généroso par le vieux train à crémaillère suivi de la descente!

La journée commence par se remplir le ventre, l’atelier mono, des courses (comment ça on pense qu’a manger et à boire? Mais non, juste qu’on teste les petites productions de bière artisanale du coin…). On prend de quoi faire des casses croûtes et on file vers le train. Le billet n’est pas donné mais il parait que ça vaut le coup et c’est plus simple que de monter à pied, le sommet culminant tout de même à 1704m!

On balance les monos dans la remorque prévus à cet effet, et déjà honteusement remplie de bi-valves, et on commence l’ascension. Le train est vraiment pittoresque et lorsqu’on arrive sur les hauteurs, nous avons une vue super. On arrive en haut et on se rend au point le plus haut pour manger. La vue est à couper le souffle!! Nous avons un panorama magnifique à 360°, d’un coté les falaises donnant sur le lago di Lugano, de l’autre les montagnes plus ou moins escarpées et verdoyantes nous faisant penser à des décors « d’Heidi »! Quelques chèvres se promènent sur les parois escarpées, ce qui rajoute d’autant plus au côté rustique de la chose.

On mange nos casse croûtes, tantôt assis sur des rochers les yeux plongés dans les montagnes, tantôt accoudés à la barrière admirant les eaux turquoises du lac. Les photos ne rendent jamais comme ce qu’on voit en réalité et c’est d’autant plus vrai que nous avions une sorte de brouillard (des nuages peut être), les photos ressortent donc moins bien. Après en avoir pris plein la vue et plein le ventre on redescend donc vers la gare pour commencer notre descente. On s’équipe, on galère un peu a trouver la route et on s’engage sur un chemin trialisant : plein de rochers qui forment des marches. Ce n’est pas roulant du tout, ce n’est que des enchaînements de sauts et ça nous crève un peu, d’autant plus avec le soleil de plomb.
Gaétan à heureusement le bon goût de crever sur la fin de cette partie qui arrive dans les sous bois.

On continue donc sur cette partie en sous bois. L’ombre nous fait du bien! Différentes parties se succèdent, plus ou moins roulantes : certaines bourrées de cailloux, de racines et d’autre vraiment plus orientées « single track », assez roulantes ou on prend pas mal de vitesse et ou je galère à suivre Gaétan en 26″ et Damien en 29″. Je me souviens notamment d’un long passage roulant ou je bourrinais pour rattraper Gaétan en 26″ et ou Damien me suivait, j’étais à fond sans pouvoir le rattraper et Damien m’a repris en 29″…. ah les salauds!

A un moment on arrive sur une sorte de croisement. On se dirige vers la direction d’une petite gare qu’on avait vue lors de la montée. On arrive donc à cette gare à l’issue d’une petite montée, il y a un espace avec des tables, un joli point de vue. On se fait prendre en photo par des touristes mais le paysage ressort assez mal bref, on va voir à la gare et elle nous explique qu’il n’y a pas de chemin qui retourne au directement à Capolago, seulement à des villes à coté…. oups!
Bon ba pas le choix! On repars en descendant vers l’inconnu en se disant qu’on trouvera bien…

Vers la fin, on entame une partie constituée d’une sorte de chemin pavé, bourrés de cailloux qui est pas trop agréable à rouler. Ça rebondit dans tous les sens, plein de cahots…. moyen. C’est d’ailleurs l’avis du mono de Gaétan, dont la chambre à air crie forfait pour la seconde fois! En attendant, on s’amuse Damien et moi sur un petit saut à côté et Damien réussit un magnifique twist en 29″!

On arrive enfin sur une route goudronnée, on continue à descendre tout droit…. croisement, on choisit à moitié au pif… On arrive dans le centre de la ville et on cherche un plan pour rejoindre Capolago, on en trouve un rapidement sur un parking. On prend donc la route, on se perd un peu avant d’arriver sur la bonne route.
On rentre donc sur le bas côté de la nationale jusqu’à arriver à la gare. Pour ma part je tire la langue sur la fin, les deux autres sont assez devant. Il faut dire que la rando globalement roulante plus la route  n’est pas pour me favoriser avec mon 24″ de descente. J’ai mal aux jambes et au c** car j’ai eu le bon goût d’avoir oublié mon cuissard.
On arrive finalement au camion, grosse séance d’étirements avant de repartir au camping.

Avant la douche on décide d’aller profiter de l’eau du lac qui est super bonne, on se baigne un petit moment dans l’eau claire et fraiche, ça fait du bien.  Une petite douche, apéro, un bon gros plat de pâtes au pesto (miam!) et de ce que je me souviens on finis la bouteille de vin italien qu’on a acheté ce matin et on file au lit, crevé.

Fait jambonnesque du jour : Lorsque Gaétan à crevé la 1ère fois, il sors une chambre à air neuve de son sac dont tous les « plis » sont remplis de jambon….oups! Le paquet qu’on avait pas finit n’a pas aimé le début du parcours et s’est répandu dans tout son sac! Nous avions à peine fini de rigoler qu’en bougeant ses affaires, il lâche sa chambre à air crevé qu’il voulait garder pour réparer au camping par terre, elle rebondit, rebondit, rebondit dans le talus et dévale la pente!! Gaétan s’élance derrière mais on voit la chambre à air rouler dans le talus jusqu’à perte de vue….tant pis! Elle est partie rejoindre le jambon qu’on avait donné en offrande à la forêt!

Road Trip - Jour 2
Album : Road Trip - Jour 2
Ascension et descente du Mont Généroso
20 images
Voir l'album






Info algerie foot |
footroom |
hadygo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LAMBESC RAID AVENTURES
| Muay Thai Spirit
| AS.KARATE-DO Noyers-sur-Cher